25 juin 2013
Publié par Arthur BOURGEOIS à 12:06 | 1 Commentaire

La signalétique réaliste

GRAND FORMAT / La France n’est pas la seule à lutter contre l’insécurité routière, la Voz del Interior, un journal argentin, à imaginé une méthode choc de signalisation et de prévention.

Nous avions publié il y à quelques jours un post décrivant les nouvelles méthodes de signalétique au service des villes (Quand la signalétique améliore les villes), nous continuons notre tour du monde des nouvelles méthodes de signalétique avec cette campagne en Argentine.

Nous sommes tristement habitués à la violence des images des spots de prévention routière français. Les messages sont résolument de plus en plus explicites afin de créer un électrochoc auprès des citoyens. La volonté du communiquant est ainsi de « coller » au plus près de la violence d’un accident.

Pourtant, comment atteindre l’effet recherché alors que la signalétique n’est en mesure que de nous proposer une image retravaillée, statique et qui implique peu la cible?

On peut en effet s’interroger sur la pertinence d’une image apposée sur un panneau 4×3, devenu commun dans nos villes industrialisées. Il passe de plus en plus inaperçu à mesure qu’il fleurit nos rues.

C’est ainsi que le journal local de la ville de Cordoba (Argentine) à imaginé un panneau « réaliste »: Une voiture accidentée posée sur une plate-forme à plusieurs mètres de haut. Effet garanti.

Le spot publicitaire de cette opération est visible ici

voitures-accident-panneau-signaletique-securite-routiere-argentine

COMMuniquez !
  • Facebook
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Turn this article into a PDF!
  • RSS
468 ad
  1. Une autre difficulté concernant la signalétique à niveau est d’ordre logique. Si la signalétique est construite de façon logique en arborescence, et du plus grand au plus petit, elle est en contradiction totale avec la logique de la recherche sur catalogue. En effet, celle-ci part de l’autre bout de la chaîne documentaire, c’est-à-dire de l’ouvrage recherché lui-même, dont le catalogue fournit la cote précise, sans autre indication de zone ou de grand domaine. C’est alors au lecteur, muni de la cote qu’il doit mémoriser sans erreur, de partir à l’aventure, à la recherche « d’une aiguille dans une botte de foin ».

Publier un commentaire